Réduire l’occurrence des inondations

Les PAPI sont des programmes comprenant des actions réparties selon 7 axes. Les axes 6 et 7 correspondent aux travaux et études permettant de réduire l’occurrence des inondations respectivement par le gestion des écoulements et la gestion des ouvrages de protection hydrauliques.

Seules les actions des axes 6 et 7 du PAPI 3 Vistre, menées en dehors du périmètre de la ville de Nîmes, sont présentées ici.

L’aménagement hydraulique de la Vallongue à Bernis

La zone urbaine de la commune de Bernis est menacée par le débordement de la Vallongue.

Afin de réduire la vulnérabilité de la commune au risque d’inondations, une des actions du PAPI porte sur un aménagement cohérent de la Vallongue. Cet aménagement intègre la création d’un bassin écrêteur en amont de Bernis. Celui-ci pourra, en cas de forte crue, stocker d’importants volumes d’eau afin de limiter le débordement du cours d’eau sur les axes de circulation essentiels (A9, voie ferrée, RN113) et dans la commune.

Dimensionné sur la base de la crue du 8 septembre 2005, le bassin écrêteur permettra de protéger en partie la commune des inondations fréquentes à rares.

Inondation par la Vallongue de la rue de la Vallongue, en septembre 2005 ©FLOUTIER
Digue à Vergèze ©EPTB VV

Le renforcement des digues du Rhôny

Suite aux inondations d’octobre 1988 ayant fait de nombreux dégâts dans les communes de Vergèze et de Codognan, une digue de protection a été construite. Cependant, cette digue ne correspond pas aux règles actuelles en matière de construction d’ouvrages de protection contre les crues et doit être renforcée afin d’être plus efficace et résistante aux crues. De plus, les études récentes montrent qu’elle aggrave le risque. En effet, en cas de crue, les eaux de débordement du Rhôny pénètrent dans les bourgs et se retrouvent piégées par l’ouvrage.

Une des actions du PAPI 3 Vistre, porte donc sur la sécurisation du système d’endiguement et par conséquent la protection des bourgs de Vergèze et de Codognan.

La renaturation des cours d’eau

Les crues font partie du fonctionnement naturel des fleuves et rivières. En voulant s’en protéger l’Homme a bien souvent dénaturé les cours d’eau, ce qui a parfois eu pour effet d’aggraver le risque d’inondation. Certaines actions menées sur le territoire et intégrées dans le cadre du PAPI 3 Vistre visent à restaurer le fonctionnement naturel des cours d’eau.

Elles peuvent se présenter sous différentes formes :

  • entretenir la végétation des berges. Cette dernière participe au maintien des berges et ralentit la vitesse du courant lors de crues.
  • restaurer les méandres des cours d’eau. En serpentant, le cours d’eau a un courant moins rapide.
  • entretenir les zones humides. Ces milieux, participent au stockage de l’eau lorsqu’elle est abondante et la redistribue en période plus sèche.
Exemple d’opération de revitalisation du Vistre réalisée par l’EPTB VV sur la commune de Milhaud ©Mayane

Réalisation d’études réglementaires

De nombreuses actions du PAPI se présentent sous la forme d’études techniques des ouvrages du territoire. Les ouvrages suivants seront étudiés afin de vérifier leur conformité aux règles relatives aux ouvrages hydrauliques :

  • le barrage écrêteur d’Aubord Nord situé sur le Grand Campagnolle à Aubord,
  • le bassin écrêteur d’Aubord Sud situé sur le Rieu à Aubord,
  • les digues de la commune de Saint-Laurent-d’Aigouze,
  • la digue de Gallician à Vauvert,
  • le barrage écrêteur du bassin des Plaines à Vauvert situé sur le Valat de la Reyne.
  • la digue de Vauvert sur le Vistre
  • les digues protégeant le bourg du Cailar

Réalisation d’études pour de nouveaux projets de réduction de l’aléa

Certaines études techniques porteront, elles, sur les modalités de réalisation de futurs travaux. C’est le cas dans les communes de :

  • Milhaud,
  • Saint-Gilles,
  • Caissargues.

L’ensemble de ces travaux ou études sont menés en cohérence avec d’autres actions telle que :

  • la sensibilisation de la population,
  • l’amélioration des dispositifs de gestion de crise,
  • la prise en compte du risque dans l’urbanisme,
  • la mise en place de dispositifs de réduction de la vulnérabilité (Vauvert’ALABRI et Vistr’ALABRI).